Les mails (2)… Erreur d’aiguillage



Etudions la conversation ci-dessous :

La conversation se lit de bas en haut, du message le plus ancien au plus récent. Un certain « Thierry » croit écrire à un ami ou une connaissance (visiblement, pas quelqu’un de sa famille, ce que laisse supposer le « Cordialement » en guise de formule de politesse) mais il fait une erreur dans l’adresse du destinataire. Il écrit bien à un « Jean » mais celui-ci n’est pas la personne qu’il cherche à joindre. Là ou naît le quiproquo, c’est que le « Jean » qui reçoit le mail, a vraiment un fils qui s’appelle « Thierry ». Tout naturellement, le père répond en signant « Grosse bise; ton papa ». Du coup, le « Thierry », qui a initié la conversation, croit avoir affaire à un plaisantin et il répond même par des menaces ; c’est d’autant plus fort que c’est son erreur qui est à l’origine du quiproquo.

Alors quand vous écrivez un message soyez très attentif à l’adresse du destinataire et si vous avez le moindre doute faites-vous confirmer son adresse par l’intéressé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Boulanger Jean Informatique
Versailles & Le Chesnay