Protéger nos enfants sur Internet



L’association e-Enfance s’est donnée pour objectif la protection des enfants et adolescents sur la Toile. Vous pouvez la joindre grâce au Numéro Vert : 0 800 200 000. Les personnels de cette association sont à votre écoute pour des questions de cyber-harcèlement, vol de données personnelles, usurpation d’identité et vengeance pornographique.

En 2018, e-Enfance a répondu à 10 367 appels de jeunes qui ne veulent pas forcément se confier à leurs parents.
« De la même façon qu’on est prudent dans la vie, il faut l’être sur Internet, ni plus ni moins » : déclare Justine Atlan, directrice générale de l’association.

e-Enfance ne se contente pas de dispenser des formations auprès des enfants, des parents et des professionnels mais elle travaille main dans la main avec les pouvoirs publics et les industriels. L’association a été créée en 2005, à une époque ou smartphones et tablettes n’existaient pas. Alors, e-Enfance signe une charte entre les fournisseurs d’accès Internet (FAI) et le ministère de la Famille qui les engage à proposer à leurs abonnés un logiciel de contrôle parental gratuit.

Auparavant, les jeunes étaient sur MSN et Skyblog. En 2008, c’est l’apparition des smartphones et du réseau social Facebook. Ces deux évolutions sont à l’origine d’un boom dans les usages des ados. Alors, l’association a développé deux nouvelles stratégies : pédagogie et dialogue. Les enfants nés après 2008 sont nés avec le numérique. Ces enfants perçoivent le numérique comme un prolongement de la vie réelle, avec tout ce que cela engendre en termes d’exposition de soi et la de la vie privée. L’instantanéité et la gratuité sont devenues la règle.

Toutefois, les parents ont plus de recul par rapport à ces technologies, ce qui crée parfois des difficultés de communication avec leurs enfants.

Quels sont les risques?

Les enfants sont innocents pour ne pas dire naïfs. Ils pensent que c’est normal de pouvoir gagner des cadeaux sur le web. Alors, ils exposent leurs données personnelles. Ils doivent apprendre l’importance de la notion de données personnelles, en apparence anodine pour eux. C’est leur expliquer le modèle économique de l’Internet. L’apparente gratuité a un coût réel. Les jeunes apprennent le ciblage publicitaire et leurs droits en matière de collecte des données personnelles.

Chez les adolescents, c’est un peu plus complexe. Si la connexion par un pseudo était la règle à l’époque de MSN, Facebook a imposé la règle de l’identité réelle avec toutes ces déclinaisons de données personnelles. En effet, le réseau social cherche à collecter le maximum d’informations de ses abonnés. Les contenus postés ont leur propre vie une fois en ligne et il est assez difficile d’obtenir le droit à l’oubli. e-Enfance leur apprend à se déconnecter, une fois la session terminée ou à changer de mot de passe régulièrement. La règle de création d’un mot de passe sécurisé est également un atout important.

Comment faire pour surveiller son enfant sans entamer la relation de confiance?

On ne traite pas un enfant de 9 ans et un ado de 15 ans de la même façon. Plus tôt vous aurez transmis les règles de bonnes pratiques, plus tôt il sera autonome. Le contrôle parental est un très bon outil pour un enfant mais un ado le considérera comme une forme de flicage. Quelle que soit la solution retenue, elle ne doit pas être mise en place à l’insu du jeune au risque que ce dernier se braque et aille plus loin dans la dissimulation.

Depuis plus de 10 ans, plus d’un million d’élèves répartis dans 10 000 établissements ont reçu les conseils de l’association. Google fait appel à son expertise. Google.org a choisi de soutenir la création d’un programme de prévention pour les primaires, car les enfants sont de plus en plus tôt sur Internet. Les enfants sont soucieux de faire respecter par leurs parents les règles apprises à l’école.

Synthèse de l’article « Naviguer, ça s’apprend » paru dans l’édition de novembre du magazine AZERTY – # – Sécurité numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Boulanger Jean Informatique
Versailles & Le Chesnay